Trail de Charmey 2019 24km duo mixte avec Murielle

Mon premier trail en duo mixte avec ma petite amie Murielle.
2 semaines après Roth, j’ai encore les jambes bien cramées, mais pas de bobo, et une grosse envie de bouger mon cul après 2500km de voiture et juste 2 tous petits runs pour essayer de décrasser. Bon y'a pas à dire la récup active c’est plus efficace que de rester à glander sur la plage, mais bon c’était super de passer du temps tout seul avec mes enfants pendant une semaine de camping, 24/24 avec eux.

Donc voilà il est temps de se bouger le cul à nouveau, et comme je suis un peu débilos, je décide de me rendre à Fribourg en vélo (140km) le vendredi, histoire de me chauffer pour le trail le samedi.
Je retrouve Murielle et ses amis au bord du lac de Morat, on se fait un picnic carboloading avec une bonne salade de riz (Merci Eliane) puis à 22h on est ododo.

Réveil 6h du mat, pour partir à 7h et le départ à 8h30. Petit dej standard, peut être un peu copieux pour un trail qui part droit dans la pente

On arrive un peu avant 8h, aucun soucis pour se garer pas loin du départ, c’est bien organisé. Rapidement on va chercher nos dossards et on retrouve des copains de Murielle dont le mec (Christophe) va aussi faire le trail en duo mixte avec une copine (Cyrielle).
Bon avec Murielle on s’était dit qu’on allait essayer de se les faire, mais la copine a l’air super fit et toute jeune, alors bon on décide de changer de plan de course et se concentrer sur notre aventure :)

On récupère les cadeaux de course, un bandeau et un T-shirt Dynafit bien sympa, ainsi qu’une paire de chaussettes … ORANGES.

Passage aux toilettes pour la vidange, puis on se positionne sur la ligne de départ, bon on se met pas tout devant hein, on sait qu’on est pas venus gagner la course.
Et pan c’est parti.
Bon ça démarre en grimpant et ça ne fait que se durcir au fil des kilomètres. Christophe et Cyrielle nous rattrapent dans le premier kilomètre et nous suivent quand la pente devient vraiment très raide.
On est maintenant en forêt, c’est compliqué de doubler et ça demande un gros effort. Et puis avec Murielle on a un bon rythme, ça tourne au dessus de 800m/h.
Murielle me parait un peu essoufflée par rapport à d’habitude, mais le rythme est un peu plus élevé, et on est en course, donc c’est normal, je fais attention à ce qu’elle ne tape pas trop dedans au départ, c’est sa course la plus longue jusqu’à présent, que ce soit en distance et en dénivelé.
C&C finissent par nous doubler, mais on les garde en ligne de mire. De temps en temps je donne un coup de main à Murielle en la poussant dans la montée, mais ça lui plait pas trop. Bon elle se laisse quand même faire parce que quand même, ça aide. Arrivés au premier ravito, je prends un peu d’avance sur Murielle pour remplir les gourdes, et je retrouve C&C, on repart avec eux. Mais la super Murielle se déchaine, et prend un joli petit rythme dans la descente. Si bien qu’on largue C&C. Murielle court avec une grande cadence, de l’ordre de 180-190, et en descente, ça fait des miracles, surtout sur ce chemin blanc bien damé.
On se fait quand même doubler par un couple de vieux, et 2 minettes super fits, mais dans l’ensemble on a doublé pas mal de monde. A la fin de la descente, on mène un joli petit peloton et c’est C&C qui ferment la marche.
Et c’est reparti pour une montée, le paysage est magnifique, on se fixe pour objectif de reprendre une nana en jaune, et on revient tranquillement sur elle, on la doublera juste avant le 2e ravito. C&C nous ont rattrapés dans la montée, et on repart en même temps du ravito.
Petite descente bien raide, et la Cyrielle se tord la cheville, je lui conseille de marcher tout de suite et de ne pas laisser refroidir, sinon elle ne repartira pas, et de bien dérouler le pied en marchant, rapidement ça passe et elle arrive à se remettre à trottiner.
Avec Murielle on file dans la descente, elle assure un joli petit rythme. Moi j’ai les cuisses qui commencent à piquer, c’est que j’ai pas fait de trail de l’année, et je sens bien que j’ai pas encore récupéré du vélo de la veille, voire même de l’Ironman y’a 2 semaines. Mais bon je me plains pas, et j’avance.
On arrive au pied de la descente et bim ça repart en montée, c’est la dernière grosse montée, derrière il en restera une petite mais bien raide.
On reprend notre rythme et C&C nous rattrapent, on est bien contents de voir que Cyrielle a récupéré et peut continuer la course.
Bon Murielle se fait moins bavarde, et quand je la pousse un peu, je sens qu’elle laisse de plus en plus de poids sur mes mains. On doit passer des petites échelles pour enjamber les barrières à vache, et ça commence à être compliqué pour Murielle qui préfère passer à quatre pattes en dessous. Puis tout à coup, elle commence à tituber, hou laaaaaa, c’est l’hypo.
Je dégaine un de mes gels noisettes de secours, et sans lui demander son avis, l’incite à l’ingurgiter. Elle râle, mais ça passe, elle râle encore parce qu'elle trouve ça dégueu, mais une fois bien rincée à l’eau, elle sent rapidement les effets, et en 5-10’ elle est à nouveau à peu près d’attaque.
Je continue de l’aider dans l’effort, et elle fait des jalouses, les nanas qu’on double demandent si Murielle prêterait pas son mec, hou làààà elle a beau être dans le dur faut pas déconner avec ça hein, les réponses sont sèches et sans équivoques, sisi, je vous promet, elle plaisante …
On arrive au 3e ravito, je force Murielle a bien manger, puis pendant que je finis de remplir les gourdes, elle prend de l’avance.

On attaque la dernière montée bien raide, le coup de pouce pour la grimpette est accepté sans broncher maintenant.
Au sommet, très joli point de vue, et maintenant il ne reste plus qu’à se laisser descendre. 800m de D-, avec une petite bosselette à 600 histoire de bien se casser les pattes.
Ca commence à être compliqué pour moi, j’ai les cuisses en feu, et la cheville qui picote, c’est Murielle qui fait le train, et je m’accroche pour suivre.
Quand arrive le coup de cul, elle attaque comme si on venait de partir, je la préviens que ça risque de piquer, et 10m plus loin pfiout, elle réalise qu’effectivement c’est dur. On fini la bosselette au train, puis on repart en descente.
Et même pour Murielle ça commence à piquer, on rattrape pas mal de duo mixte, et j’essaye de motiver Murielle à gagner des places, mais tout esprit de compétition a disparu, et je me fais gentiment remballer. Ok ok ok, on finit et ce sera bien :)
Les replats sont difficiles, il faut relancer, mais on entend la musique, on est pas loin de l’arrivée. Et ça y est la voilà, l’arrivé, YESSSS moins de 4h, Murielle est bien contente de son effort, et moi j’ai passé un super moment de partage de l’effort avec elle.
C’était vraiment chouette cette course à deux, et on a très envie de renouveler l’expérience.
Ah et on me souffle dans l’oreillette que ça fait même pas un an que Murielle s’est mise à la course à pieds et que pour son 2e trail, c’est pas mal du tout :)

Et moi cette sortie longue m’a redonné envie de crapahuter dans les montagnes, ça tombe bien, dans 8 semaines c’est l’evergreen 228 :)